Mercredi, 13 - Décembre - 2017 14:12 h.

El Tiempo

CEUTA ET ENTREPRENEURS MAROCAINS ESSAIENT DE CONSOLIDER LES RELATIONS AVEC LA FRONTIÈRE COMME UN OBSTACLE

RÉUNION « CEUTA, VILLE EUROPÉENNE »

RÉUNION « CEUTA, VILLE EUROPÉENNE »(ca)
RÉUNION « CEUTA, VILLE EUROPÉENNE »(ca)

Trente marocains hommes d’affaires visitant la ville pour rencontrer des collègues de Ceuta dans le cadre de la réunion « Ceuta, ville européenne », organisé par la chambre de Commerce.

«Il y a jours où vous devrez attendre jusqu'à cinq heures pour traverser la frontière, qui va faire des affaires dans ces conditions ?». Trente entrepreneurs marocains visiter la ville aujourd'hui pour rencontrer des collègues de Ceuta dans le cadre d’une réunion organisée par la chambre de Commerce en collaboration avec le ministère du tourisme. Qui est sceptique quant à la possibilité de l’établissement commercial stable à travers la frontière est Morad Laaroussi, un marocain dont la société, dédiée à la commercialisation de produits textiles, est s’installe à Ceuta.

En attente de demain restent les premiers contacts officiels entre les entrepreneurs de part et d’autre de la frontière - une rencontre qui, exceptionnellement, personne n’avait jamais promu à Ceuta, le marocain a maintenu une première prise de contacts avec les représentants de la chambre et la ville.

«L’initiative est bonne, mais j’ai peur, au moins immédiatement, il portera ses fruits - continue Laaroussi - soyons réalistes, un homme d’affaires marocain qui ont payé leurs droits de douane sur les importations n’acceptera jamais trouver quelqu'un par un autre entrez le même produit à un prix » moins cher».

Le statut de la frontière entre Ceuta et le du Maroc Nord continue d’être l’un des principaux obstacles à la mise en place d’un échange commercial stable entre les deux régions. Il reconnaît ainsi Icham Kardaly, représentant d’une société de cosmétique dans le pays voisin. « La première chose que j’ai pensé à la réception de l’avis de la tenue de cette réunion est qu’il y aurait quelque chose de nouveau, mais apparemment pas tellement - avoue Kardaly - j’attends toujours pour obtenir le jour où peut faire une exportation à Ceuta ».

La chambre de Commerce reconnaît implicitement les objections des employeurs marocains, bien que, comme souligné ce matin son Président, Karim Bulaix, l’objectif de la réunion est limitée aux fondations qui favorisent la génération des synergies entre les Hommes d’affaires marocains et Ceuta. « Nous devons réfléchir à l’avenir, non seulement en quoi la frontière aujourd'hui parce que nous devons penser que viendra le jour qui convient le mieux, » reflète la Bulaix.

L’idée du caractère fondamental de l’initiative jeudi a porté à Ceuta environ 30 hommes d’affaires du pays voisin est partagée par le ministre du tourisme, Emilio Carreira. « C' est créer la richesse - a souligné le conseiller - le simple fait que cette réunion existe est déjà un succès, l’anormal, c’est qu’il ne produisit pas auparavant. »

ENGLISH

MEETING "CEUTA, EUROPEAN CITY"

Ceuta and Moroccan entrepreneurs try to consolidate relations with the border as an obstacle

Caption: Moroccan businessmen pose next to the President of the Chamber and the Minister of tourism (C.A.)

Thirty Moroccan businessmen visiting the city to meet with Ceuta colleagues within the framework of the meeting "Ceuta, European city", organized by the Chamber of Commerce.

 "There are days where you have to wait up to five hours to cross the border, who will do business under these conditions?". Thirty Moroccan entrepreneurs visit the city today to meet with Ceuta colleagues within the framework of a meeting organized by the Chamber of Commerce in collaboration with the Ministry of tourism. Who is skeptical of the possibility of establishing stable trade across the border is Morad Laaroussi, a Moroccan whose company, dedicated to the marketing of textile products, is settled in Ceuta.

Waiting of tomorrow remain the first formal contacts between entrepreneurs from either side of the border - a meeting which, unusually, no one had ever promoted in Ceuta, the Moroccan maintained a first making contact with representatives of the Chamber and the city.

"The initiative is good, but I'm afraid, at least immediately, it will bear fruit - continues Laaroussi - let us be realistic, a businessman Moroccan who paid their tariffs on imports

will not accept never get someone through another enter the same product at a price" cheapest".

The status of the border between Ceuta and Morocco's North continues to be one of the main obstacles to the establishment of a stable business exchange between the two regions. Thus recognizes it Icham Kardaly, representative of a cosmetic company in the neighboring country. "The first thing I thought upon receipt of notice of the holding of this meeting is that there would be something new, but apparently not so - confesses Kardaly - I am still waiting to get the day in which can do an export to Ceuta".

The Chamber of Commerce recognizes implicitly the objections of Moroccan employers, although, as emphasised this morning its Chairman, Karim Bulaix, the purpose of the meeting is limited to foundations that promote the generation of synergies between the Ceuta and Moroccan businessmen. "We have to think about the future, not only in how is the border today because we have to think about that will come the day that is best," reflects Bulaix.

The idea of the seminal character of the initiative on Thursday has brought to Ceuta around 30 businessmen from the neighboring country is shared by the Minister of tourism, Emilio Carreira. "It's creating wealth - pointed out the Adviser - the mere fact that this meeting exists is already a success, the abnormal is that it had not occurred previously."