Samedi, 22 - Septembre - 2018 12:41 h.

El Tiempo

Près de la moitié des passagers se sentent maltraités par les compagnies aériennes

47 % des passagers aériens européens se sentent maltraités par les compagnies aériennes*. C'est le résultat d'une enquête menée par AirHelp, la plate-forme online leader qui aide les voyageurs dans toutes les compensations de retards, annulation ou de refus d'embarquement des compagnies aériennes.

47 % des passagers aériens européens se sentent maltraités par les compagnies aériennes*. C'est le résultat d'une enquête menée par AirHelp, la plate-forme online leader qui aide les voyageurs dans toutes les compensations de retards, annulation ou de refus d'embarquement des compagnies aériennes.

Selon cette enquête, 1 sur 4 des voyageurs qui souffrent des incidences sur ses vols sont 'tirée' à l'aéroport par des retards, pour ne pas recevoir d'informations suffisantes à cet égard, de ne pas recevoir une aide à l'annuler le vol ou de ne pas recevoir de nourriture ou de boissons tout au long de l'attente.

Selon la loi européenne EC261, les compagnies aériennes doivent fournir aux passagers qui ont subi des retards de plus de deux heures avec une distance de vol d'au moins 1.500 kilomètres, avec repas et boissons, en leur offrant la possibilité de faire deux appels téléphoniques ou d'envoyer deux email.

En outre, si nécessaire, les compagnies aériennes devront également fournir un logement et transport où a eu lieu l'incidence si les passagers doivent attendre le jour suivant pour la sortie de son vol.

De l'avis de Eider Galan, utilisatrice de AirHelp, 'le 1 mars 2017 devait effectuer le vol Bilbao-Lanzarote 12:35h. Les 12h lorsque tout le passage était prêt à embarquer, nous informent que par des problèmes techniques l'avion sortira avec un léger retard et que dans une heure sera réglée. La dernière heure, nous informe de nouveau que l'avion pour le moment ne va pas quitter qui sont à rechercher des solutions car il s'agit d'un problème technique, et qui ne peuvent nous rien dire. Enfin, sur les 14h nous avisan qu'apportent un avion de Madrid, qui arrivera à 15.30h. Enfin les 16.05h l'avion décolle cap Lanzarote. Grâce à Airhelp, j'ai informarme sur les procédures à suivre et à travers eux j'ai reçu la compensation qui m'appartenait'.

Mais il existe encore des raisons pour lesquelles les passagers aériens espagnols se plaignent du mauvais fonctionnement offert par les compagnies aériennes. Par exemple, 19 % des personnes interrogées par la compagnie ont assuré qu'ils avaient très peu de place pour les jambes à l'heure de voler.

De plus, presque un sur dix commentateurs affirme avoir été confronté avec le personnel aérien par son caractère agressif et grossier. En outre, 12 % des personnes interrogées a été obligé de facturer ses bagages à main, 7 % ont été obligés de changer de place malgré un site réservé et 7 % ont subi les coûts cachés de compagnies aériennes.

Paloma Salmerón, directrice de communication de AirHelp, estime que 'durante ces dernières années, il y a eu un excédent d'offres de compagnies aériennes en Europe, ce qui a entraîné une guerre des prix extrême, notamment dans les liaisons les plus populaires pour passer les vacances en Europe. Par conséquent, les compagnies aériennes annulent une grande quantité de services aux dépens de ses passagers afin de maximiser leurs profits. Entre autres choses, les compagnies aériennes préfèrent installer plus rangées de sièges pour permettre de transporter le maximum de passagers possibles. En outre, seul permet aux voyageurs voyager avec les bagages à main et même, parfois, ne leur permet de mettre en cabine'.

Tout cela a pour conséquence que le confort des voyageurs est minime, 'ainsi, les résultats de notre enquête montrent que près de 5 sur 10 passagers aériens en Europe ont le sentiment que les compagnies aériennes ont sont de maltraiter. Les compagnies aériennes ont le devoir d'agir de manière à favoriser au client pour regagner la confiance de ses passagers', appelle Salmerón.

 

Des interruptions dans le vol : droits des passagers

pour les vols retardés, annulés ou en cas de refus d'embarquement, les passagers ont droit à recevoir une compensation jusqu'à 600 euros par personne et par voyage, à condition que le vol est effectué au sein de l'Union européenne et la raison de l'incidence est causée par la compagnie aérienne. Ainsi, les passagers aériens peuvent demander jusqu'à trois ans après la date du percance avec son vol.

Face à des situations considérées comme des 'circonstances extraordinaires', tels que les tempêtes ou d'urgences médicales, les passagers n'ont droit à aucune indemnisation, et la compagnie est exonérée de compenser les passagers aériens. Au début de 2018, AirHelp a lancé un nouvel outil