Jeudi, 15 - Novembre - 2018 19:33 h.

El Tiempo

Almuzara présente "Tanger, deuxième patrie", Rocio Rojas-Marcos

Il s’agit d’un volume qui a rampé que Tanger écrites, décrites et représentées dans des espagnol, à une époque où arrivent dans la ville devrait paraître d’accoster dans un port où commencer à partir de zéro.  

Tanger, deuxième maison est que le titre du nouveau livre vient de publier la rédaction Almuzara, travail de Rocio Rojas-Marcos. 

Il s’agit d’un volume qui a rampé que Tanger écrites, décrites et représentées dans des espagnol, à une époque où arrivent dans la ville devrait paraître d’accoster dans un port où commencer à partir de zéro.  

Alinéa du paragraphe, voir naviguer dans ces pages à des auteurs tels que Carmen Laforet, Ramón Bonaventure ou l’auteur récemment sauvé du chien de la vie de Juanita Narboni, Angel Vazquez, parmi beaucoup d’autres.  

Et Tanger a un lien avec l’Espagne qui pas tous en mémoire : jusqu'à la première moitié du XXe siècle, était pratiquement une ville espagnole dans leurs coutumes, leurs fêtes, leurs modes de cohabitation... et leur langue, surtout.  

Dans cette porte de l’Afrique, l’espagnol est plus devenu une langue maternelle et a obtenu qu’aujourd'hui nous pouvons nous référer à la ville à partir d’une enclave littéraire incontournable en espagnol.

La vérité est son cosmopolitisme et son statut de chaleur de ville libre, de nombreux écrivains de tous les coins du globe ont ressenti la fascination pour établir leur résidence qui y sont... ou être des oiseaux de passage : Barthes, Beckett, Burroughs, Bowles, Capote, Genet, Ginsberg Goytisolo, Kessel, Morand, Gertrude Stein, Tennessee Williams ou Yourcenar, entre autres.

« Tanger, segunda patria ». Edit : Almuzara. Auteur : Rocio Rojas-Marco. Nombre I.S.B.N. : 978-84-17229-66-5. Rustique. Dimensions : 15 x 24 cm certain nombre de pages : 416. Prix : 21 euros.